• Accueil
  • > Archives pour janvier 2011

LOUS ESCLOPS BAGNERES

Posté par ethbaretounes le 31 janvier 2011

sabots du Couserans 

esclops dou Couserans

  E  sabet perqué lous esclops bagnerés an la punte tan agude? La rasou qui counechet n’éy pas lhèu la boune…ou la soule. Que y a bèt téms, lous Moùrous qu’abèn traucat l’Espagne e passat las Pirenées.

  Que-s troubaben plâ per noùste sustout héns la bat de Bèthmale (que caleré dise Batmale) en Couserans. Lou capdau que-s aperabe Boubdil coum lou darrè réy de Grenade, que-n ère tagnén. Lou soû hilh tabé que-s aperabe Boubdil e que-s semblabe à soû pay. Més, au loc d’esta patacassè coum ét, qu’aymabe méylèu passeya-s e ana lampounya lou loung dous arrius. Qu’ère fièr gouyat.

  En se passeyan, que bedou ûe yoéne e beroye gouyate dou pèys qui goardabe sas òulhes. Ta lèu qui-s bedoun, qu’estén amourous. Bère auhèrte qui-s seré poudude acaba per û maridàdye coum déns lous coùntes. Més la gouyate qu’abè hèyt acourdalhes dap û gouyat dou pèys estuyat héns la mountagne dap lous òmis qui abèn hoeyut lous Moùrous. Maquisars, si boulet, més lou mout n’ère pas counegut en aquet téms.

   Toutû qu’ou-s abéren meritat, permou que-s preparaben à da la casse aus qui-us abèn embadit la terre mayrane. Entad’aco que-s hasèn arcs e sagetes coùntre lous enemics, e audaban coùntre lous ours e lous sàrris qui minyaben. Dap l’escu, que bachaben entau bilàdye e que saben per las hémnes ço qui-s passabe.

  Qu’éy atau qui lou gouyat e sabou que la soue fiançade e-s en abè troubat gnaùte, e dous màyes, lou hilh de Boudbil!

  Nou decha pas béde lous soûs sentiméns permou que sabè que troubèré lou parat de-s benya à tout de boû.

 Lou die de-s desliura qu’arriba. L’armade dous aulhès bestits de pèts de herums mountagnòus que bacha enta acassa souptemén lous Mòuros.

 Sagetes, lances e espades qu’ous aucidoun e l’arriu qui trubersabe lou bilàdye qu’ère rouy de sang. Après lou coumbat, que hèn û bet passe-carrère. L’aulhè esmalit que-s abè hèyt esclops de nouguè dap ûe punte méy loungue e agude. Que-y clabera sus l’û lou cò dou Boudbil, sus l’àute lou cò de la gouyate trahidoure.

  Qu’em diserat que per Bagnères e las mountagnes lous esclops ne soun pas puntuts enta y clabera lou cò dous enemics.

  Quio. Qu’y enta-s tira la néu e la hangue quoan an tecoat!

  Û DE LA BATBIELLE

Boabdil

Boabdil « El Moro » Emir de Grenade

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

SUS LA MOURT DE NAVARROT

Posté par ethbaretounes le 24 janvier 2011

Xavier Navarrot

 Qu’at èy sabut, au houns de l’Amerique,

 Que s’ère mourt lou cansoè tant aymat!

Qu’eu counexouy au temps de Republique,

 E mey d’u cop toutz dus qu’habem cantat.

Qu’habi pensat encoè de-u tourna bede,

Mes qu’ha dexat aquest mounde trop lèu;

Qu’eu disèn mourt, e n’at bouli pas crede,

E qu’eu parlabi encoère… E qu’ère au cèu!

Que y-ha dètz ans, quoan you parti de France,

Ed qu’em segui dinque soü caminau,

Triste coum you – Mes qu’habèm l’esperance –

E que m’hauré seguit dinques à Pau.

Qu’ens abrassém au pèe de la mountanhe,

Coumptant sus Diu, coumptant sus l’abeni:

Mey qui cregouy que dure ma campanhe…

Ta l’abrassa gnaut cop me cau mouri!

Si pouix yamey houra la terre aymade,

Oun bèt temps ha bedouy la lutz deu cèu

M’en anerèy tout dret a sa countrade,

M’en anerèy ploura sus soun toumbèu.

Ey permou d’ed qu’aymabi la patrie,

Car ed tout soul m’at hasè tout broumba:

Esprit, talent, amistat, poesie,

Tout so qui l’homi aci baix pot ayma.

E puixs qu’habè la maa tant generouse,

Lou coo taa bou, tant gran taus malhurous!

Qu’hauré dat tout, e soun amne amistouse

Que s’apressabe à toutes las doulous.

Sesn u bou coo nou y ha pas nat poete.

Que soun lous de Diu, qu’ey lou talent,

Si nou y ha pas ue bountat segrete,

Si nou y ha pas tabee lou sentiment?

Hilhs d’Aulourou, de Pau e de las serres,

Deus coustalatz e deus Gabes d’aryent

Qui ban pinnant cabbat las arribères,

Nou-ps desbroumbetz deu ha lou mounument.

Que l-y debetz à sa muse gauyouse,

Qui tant de cops e-bs goari lous chagriis,

E qui toustemps hara boste amne hurouse,

Bou grat, mau grat, au sou de souns refriis.

Lou hilh d’Accous qu’habè gnaute musete,

Mes Nabarrot qu’ha taa beroy clarii.

Autant que l’aute aqueste qu’ey poete;

Nabarrot qu’ey lou frai de Despourrii.

L’u de l’amou que canta las misères,

A Teocrite à Birgile paryè;

L’aut que canta plasés, gloris e guèrres,

E deus Biarnés que hou lou Beranyè.

Qu’eu cau ploura lou qui ns-hé tant arride!

Are qu’ey mourt lou rey d ela cansou.

D’en bede gnaut, Diu sab si y a l’ahide

Qui pousque bale au cansoè d’Aulourou?

You n’at crey pas; puixs la lengue biarnese

Que cad toustemps, qu’es ba perde batlèu,

Enta ha plasse a la lengue francese,

Coum hè la lue au sourelh, hens lou cèu.

Prenetz lou doü; hètz broumi las campanes;

Pastous, oülhès, dexatz bostes troupetz

E bienetz touts, deus mountz e de las planes,

Deus coustalatz, deus camps, deus arribetz:

Nou-n manque nat, hilhs de la poesie,

Maynatz besiatz deu Gabe e de l’Adour,

Puixs que batlèu sera soun darrè die,

Ent’aurousta lou darrè troubadour.

Entre-Rios (République Argentine), 1863.


 Alexis Peyret (1826-1902)

Countes Biarnés

Dusième ediciou 1890

Note: graphie originale de la publication.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

LOU CAMI BIELH

Posté par ethbaretounes le 15 janvier 2011

LOU CAMI BIELH livret_itineraire_Beost-11421

 Assouciacioû Pierrine Gaston-Sacaze, Béost-Bath d’Aussaü.

  Ne sèy pas oun demourat, més si éy quàuque part oun lous ûs e bòlen û nabèt caminau, e d’àutes nou, qu’èt à plàgne. Aci que-n an hartère dous camioûs qui passen au ras de las maysoûs e qui crèben lou camî. Que sinnen papès enta ha ûe « rocade » qui tournera la pats. D’àutes que soun coùntre, permou qu’an pòu de nou pas abé pratiques à la boutigue si lou moùnde e passen per gn’àute camî. Éts t’abé que hèn sinna, més coùntre.

  En téms ourdenàri, que ba plâ taus pouliticàyres qui dìsen quio à touts. Més de cap à las eleccioûs, si soun trop de l’û partit, lous àutes que bouteran còuntre ad éts. Mediche musique quoan hèn tribalhs per las carrères de las biles. Quin boulét ana ta las boutigues per oun las granes atrunes e curen? Que bachen la cléde. Per aco, tribalhs ou nou, las machantes loéngues que dìsen que calanqueyaben. Lous qui-s at an birat que soun counténs, û cop acabats lous tribalhs, permou que lou moùnde qu’arriben méy adayse.

  Labéts, mercés moussu lou màyre! Si arriben las eleccioûs, aquére gnique-gnaque que poudera ha cambia de papès ta bouta. Be seré hère méy tranquile de-s tira d’aquét hourbàri ta-s ana passeya coum lou noùste poète Alexis Arette sus « lou Camî biélh ».

  Û òmi, biélh tabé, que-s y passéye e lou sou-couc qu’ou hè tourna lous soubenis. Las cassourrétes que-s soun aloungades, més qu’éy toustém lou bén qui bayline lou hoelhùmi, toustem tabé lou troutét de l’esquiròu ou de l’arissoû. Qu’éy aci qui abè la lèbe, aquiu qui panè lou permè poutoû à la Marie en se-n tourna dou bal. Méy enla, l’endrét oun coupaben ligadés taus fagots, e au ras, lou mesplè oun soû pay e coupè lou sabiu, boû ta ha ûe bère agulhade. De cap à l’escu, la pòu de-s decha gaha per la « came-crude » e l’escapade esbaryade de cap ta case. Per la fî, lou poète que trobe au biélh camî û sentimén de pats e drin de gauyou, dap l’ahide de nou pas esta encoère trop biélh coum aquét passeyadou.

  Amics, tournat pensa, bousauts tabé, à las causes biélhes en seguin la carrère qui-n ba ta bòste p’ou miéy dou chantiè qui hournilhe lou sòu. Abisat-pe de-p tòrse lous cabilhas. Lou téms de oéy n’éy pas aysit.

Û DE LAS CADIÈRES

La Republique-Dibés 10 de decéme 2010.

ruban_1_cle2cd52d

 Bedous-Bath d’Aspe 26-09-2009

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

ADIUS A « ASPE-OUEST »

Posté par ethbaretounes le 13 janvier 2011

image ASPE-OUEST

  Amench de miràcle, que-s pot dise oéy que « Aspe-Ouest » qu’éy mourt. Ne pàrli pas de l’ouest d’Aspe (ço qui apèren à nouste lou capbat) qui seré abandounat, més dou darrè ours pirénenc qu’arrés n’a bis ûs quoandes més-a. Soule ûe foto qu’ou hè béde en se passeyan per Aragoû, lous currous arrougagnats per la pelade.

  Quin boulét que dap û noum coum aquet qu’àye l’èr countén? « Parpalhòu » au mench qu’aberé gnàute alure, més « Aspe-Ouest » qu’aneré ta û camî de passeyade, pas ta û ours. A doudze ans, que-s éy mourt malurous, chens abé troubat ûe coumpagne slovène dap qui aberén poudut abé petits biarnés.

  Que-s en y a entenut de toutes: « S’a abut la pelade, quéy permou que-s abeyabe…n’e-s soun pas prou aucupats d’ét » se disen lous amics dous ours. Dou coustat dous aulhès, n’an pas entenut arré, lhèu pemou que las granes doulous que soun mudes. Autescops n’abèn pas tan de coéntes dap aquet herum.

  Ou que l’aucidèn, ou qu’ou masedaben. Que y abè cassadous hère couneguts qui-s hasèn ha ûe foto dap lou herum matat au miey dous amics, lou fesilh à la mâ, bantats per lou moùnde dou bilàdye. Bere hèste, e las cousinères que sabèn ha còse aquet saubadyùmi entau gran plasé dous de la bile qui pagaben ca enta-y gousta. Beroy téms oun arrés nou mourgagnabe coùuntre.

  Hat méy urous enta d’àutes. Gahats touts yoenots, quèren neurits e masedats enta parti en tournade dap lou mèste. B’èren fiers, quilhats sus las cames de darrè. Que dansaben au soû doû tambourî, que hasèn arricouquets, e medich, tiéne lous maynats au brassat. Artistes qui gagnaben mounéde, e dolars tabé quoan lou mèste ous se hasè segui en Amerique ta dansa.

  Que cau dise toutu que l’òmi e la bèstie qu’èren ligats per ûe anére estacade au musèu enta nou pas s’escapa, ni ha doumàu. Be coumprenet qu’ère l’ours encabestrat e l’òmi à l’aute cap de la corde. Toutu bèt cop, û que-s escapa chens boùle tourna. Qu’esté lèu gahat e tuat.

  Qu’ère û « intermittent du spectacle « qui-s abè minyat lou countrat. Oéy toutu nou harén pas aco aus artistes.

  Lou pràube « Aspe-Ouest » que-s éy mourt tristemén, més en ours libre, chéns anére au mus.

Û DE LAS CADIÈRES

La République des Pyrénees-C’est vous qui le dites.

Jeudi 2/11/2010.

Conseil de lecture:

Les dernières chasse à l’ours dans les Basses-Pyrénées, René Arripe, 1998. De Faucompret Editeur.

chasse ours

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

BATBIELLE PIPAUTE

Posté par ethbaretounes le 9 janvier 2011

    BATBIELLE PIPAUTE panneau-nay-50

  Las reclames que pòdin esta beroyes, més que hèn hasti quoan soun trop aboundouses, sustout à l’estrém dous caminaus. Lous esleyuts de la Batbielle que soun harts de béde aquets taulots qui luséchen de cade pàrt de la D.938, lou camî ta-n ana biste qui trauque l’arribère de capbat à capsus.

  Si-p aribe de y biadya per û bèt die, en toute sesoû, qu’espiat las mountagnes quilhades sus lou bèt pèys. A Pau que las bedét quoan p’émparat sus lou cledoû dou boulebar. Bère biste, permou que n’abét arré de lè enter demiéy, ço qui permetè au poète d’escribe « qu’éy la méy beroye biste de la terre ». Nou-s en pot pas dise autan en trubersan la Batbielle.

  Segu, que y bedét ûe bère loungou de las mountagnes, més que y abét û hardèu de reclames enta-p béné drin de tout. Que soun taulots claberats au soum de paus pintrats qui an las arradits au miéy dous milhocs. Enta-s ha quoàte sos, lous mèstes dous cams que dan lou drèt de ha aquére plantagne coumerciale. Arrés nou-s ne pot priba, au méns dinqu’adare.

  Digat-me si y a quàuque remèri enta-ns e tira de daban dous oélhs aquet mûstre còuntre nature? E couneguét û deserban dous boûs qui pouderé hà effèyt? Entertan, que counselham aus qui mien las tourroumbioles d’espia lou camî au loc de léye aquets escritòris.

  Parlam d’autes reclames. En Biarn, à l’entrat de quàuques coumunes, que-n y a qui-s bòlen paga taulots dap lou noum escriut en patoès. Més atencioû! Lous ûs que-u boulerén escriut d’ûe mode, lous àutes de gnàute.

  La màye part dou moùnde que-s en trufen beroy, e lous horbienguts nou y coumprénen arré. Las coumunes interessades que pouderén doubla atau lous taulots de l’ûe ou l’aute fayçôu ou de las dues, perqué pas, au méns si lous de la poupulacioû soun d’abis d’emplega la mounéde atau.

  Qu’éy beroy de bòule ha plàse à quauques ûs, més quin at ban esplica aus qui nou y counéchen arré? Lou tribunal de Mountpelliè que s’éy mescla de l’aha ta ha desarriga taulots d’aquets.

  E perqué n’at harén pas tabé sus las pourtades de la maysoû coumune? Que seré beroy, la debise de la Republique, escriute en patoès de las dues modes. Bèn, que-m estàngui, permou que ne-m prenét pas méy au serious.

  Û DE LAS CADIÈRES

source: C’EST VOUS QUI LE DITES p39

La République des Pyrénées du Vendredi 29/10/2010

Panneau

Commune près de Montpellier (Hérault)

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

MINYA COUM CAU

Posté par ethbaretounes le 8 janvier 2011

  MINYA COUM CAU hamburger

  Au téms de la guèrre, que calè sarra-s la cinte e dansa daban lou bufét, coum disèn, permou de la rèyte de mascadure. Au darrè d’aquéts machans dies, qu’abém ço qui cau héns lous buféts ta-ns empleâ lou guisè. Lhèu trop que-n aberé, sustout entaus maynats. Trop de causes grasses ou sucrades qui-us hèn mau. Oun éy lou téms dou cafè dap lèyt abans de parti ta l’escole e dou regalét entau brespè?

  Qu’abém oéy aboùnde de causes hèytes enta tenta lous maynats, en boétes e sacoutéts pintrats d’imàdyes qui las banten, e dap liloys ou yocs balhats en suberpés. Quin boulét que lous maynats ne sìen pas embeyous, quoan la telebisioû e-us hè béde dou matî dinqu’au sé? E lous paréns qu’ous t’emplien lous bols e lous sacoutéts de pruscalhes hèytes Diu sap quin!

  De ço d’aglapat, l’estoumac que-s-n bedera enta-n tira ço de boû. Û cop esbrechat, que-n at embiara d’oun cau, e las soubres que partiran tau bénte e ta l’àute estrém dou qui-s ère arregoulat de bounìcies.

  Lous qui béden plâ las causes qu’an hèyt tira de la telebisioû dous maynats tan de reclames, més lous publicitàyres que la passen à d’àutes ores e atau, arré de cambiat. Entau moùnde hèyt, gnàute estroussè.

  Sus semmane qu’an à minyà autan bìste coum se pot permou dou téms qui seré pergut entau tribalh. Espiat-lous. Chéns s’estanga de telefouna dap lou pourtàble, que mascalhen quauqu’arré qui sémble û regalét.

  Qu’éy ço qui apèren û « hamburger », encoère û dequero estranyè. Nou cau pas estouna-s que quoàte gnacs e hàsquen plagues au deberzedé. E toutû que se-n y bét toustém méy drin pertout, d’aquéts nabèts « fast food » coum lous apèren.Û amic que se-m y boulè ha segui, més aquéts embits ne soun pas enta you. Que l’èy dit « you, enta minya, que-m cau de qué, més tabé que-m cau téms. « Lou dicciounàri que-m a dit que « fast food » que bòu dìse minyà biste. Més bousàutes, coum you, pénsi qu’entà minya coum cau que boulét mascadure, de boû bî, prou de téms e drin de boune coumpanie quoan se pot, coum ad aquéste cap d’an.

  E pùchque y èm, boune anade à touts!

  Û DE LAS CADIÈRES

La Republique-dibés 31 de decéme 2010-disàtte 1è e diménye 2 de jambiè 2011-OÉY EN BIARN.

Source: C’EST VOUS QUI LE DITES p.32

La République des Pyrénées

Vendredi 31/12/2010-Samedi 1er-Dimanche 2/01/2011

Conseil de lecture:

Simin Palay

Autour de la table béarnaise par Simin Palay, Editions PyréMonde-Princi Negue,2004.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

AU TELEFONE, RESPOUNE QUIN?

Posté par ethbaretounes le 7 janvier 2011

telemarketing205051.gif

  Que-p arribe quauquecop d’esta segoutit per lou tringlat dou telefone. Que-p gahat l’escoutadére. Loégn, dap drin d’accén, ûe bouts que-p perpause de ha û aha. Que pot esta assegurances, mounéde à presta, téyt à entertiéne, biàdyes, e nou sèy qué méy. Quin cau respoùne? Que poudet escouta ço qui-p léy l’encounegut d’acera. Quoan a acabat, que poudet dise que n’èt pas enteressat. Peguésse que nou calè ha! Que-p ba esplica perqué p’ét troupat de refusa. Nou-p hè pas rèyte de da las bostes rasoûs, permou que perseguech en léye ço d’escribut sous lou sô paperot: « Que harèt û boû aha… » Que poudét pesegui atau…s’abét arré d’àute à ha. Au cap d’û téms, l’aute que s’estangue permou qu’éy acabat lou téms qui l’abè dat lou mèste enta-p ha la reclame. Que-p arremercie de l’abé escoutat e que barre l’utis. Lhèu qu’éy bous qui at abét hèyt abans, més n’éy pas esta charman decap quauqu’û qui-s gagne quàte sos en countan tout die lou medich predic. Que hè drin coum lou pescadou qui yéte us quoandes cops lou bèrmi de la ligne abans de gaha û péch.

  Quoan l’apèren atau, û dous més  que coupe lou siulòu au telefounayre en disen: « Ici la gendarmerie. Nous vous informons que vous êtes sur écoute. » Que-s y escat toustém, e l’aute que barre l’utis. Gnàute que tràtte de tout lou praube òmi e que barre autalèu. Aco n’éy pas tapoc goàyre poulit. Ou lèu…arride drin. Lou me besî qu’escoutabe û d’aquets qui perpausen assegurances-bite de las bounes. Que desglarabe touts lous abantàdyes chéns que l’àute e-u poudoùsse coupa la paraule. Més que y abè ûe coundicioû, nou calè pas abé passat lous settànte ans. « S’éy atau, nou y èy pas drét. Que biéni de-n passa oeytante-E dounc moussu, en p’éscoutan, que-p en darén bin de mench. Qu’éy de dòu ha, més lhèu que poudérem toutû ha ahas. » 

  Lou besî qu’ou respounou: « Au mé adye, qu’abém rèyte d’ûe beroye pèyre de cemitèri méy que d’ûe assegurance. Si-n benèt, que-m interassaré. » Lou farceyàyre ne coumprengou pas ço qui l’àute e-u respounou en û mourgagnis dous lès.

Û DE LAS CADIÈRES

source: C’EST VOUS QUI LE DITES p35

La République des PYRENEES du Vendredi7/01/2011

Centre d'appel

Centre d’appel à Bengalore (Inde 2003)

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

 

zakariahammoumi |
Science pour Tous |
ekinox21 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'individu et le groupe
| jqsmouanjo
| Cours d'anglais